Reconstruction mammaire

La reconstruction mammaire englobe les interventions qui ont pour but de redessiner une poitrine harmonieuse. Ces opérations sont considérées comme de la chirurgie réparatrice dans la majorité des cas.

Pourquoi pratiquer une reconstruction mammaire ?

La plupart des interventions de reconstruction mammaire sont liées à un cancer du sein. Le chirurgien reconstruit une poitrine adaptée à la morphologie de la patiente après l’ablation. Mais cette intervention peut aussi faire partie de traitements pour des malformations naturelles ou chirurgicales.

Malformations traitées

Une malformation physique peut être un handicap dans la vie de tous les jours. En effet, visible ou non, elle est souvent vécue comme un complexe. L’impact psychologique est lourd et peut déranger également la vie sexuelle (honte de son corps). La reconstruction mammaire redonne sa symétrie au buste pour gommer les différences.
Mamelon invaginé (c’est à dire, qu’il ne s’est naturellement pas bien positionné, il est resté en dedans).
Seins tubéreux
– Asymétrie
Syndrome de Poland ou Agénésie
– Et d’autres comme des problèmes de pigmentation du mamelon

Des bienfaits qui guérissent du cancer

Les moyens modernes peuvent diagnostiquer les cancers du sein à un stade précoce. La maladie sera dont curable mais se savoir porteur n’en reste pas moins difficile à appréhender.
Les seins sont les organes essentiels à la féminité, penser à l’ablation, c’est à dire à la vie avec un (ou deux) sein(s) en moins est très déprimant.
Ainsi, la reconstruction mammaire offre l’opportunité de recréer une poitrine galbée après la chirurgie lourde du cancer (mamectomie, tumorectomie). Le long traitement et l’ablation ne seront que de mauvais souvenirs. Les bénéfices physiques et psychologiques apportés par la chirurgie réparatrice des seins, annonce en beauté la guérison de la maladie.

L’importance de la première consultation

Le premier rendez-vous avec le chirurgien est crucial. En effet, après un épisode de cancer du sein, le corps est mutilé et la douleur est encore présente psychologiquement et physiquement. Le praticien a ainsi un rôle d’écoute et de conseil, la patiente doit être rassurée et comprendre que son corps va encore être transformé.
Pendant la consultation, le médecin esthétique va constater l’état des tissus de la région mammaire pour voir si ils peuvent recevoir une prothèse. Pour se faire, il ausculte l’épaisseur, la souplesse, la vitalité et la tonicité des muscles qui composent la poitrine. Il considère aussi les traitements suivis, surtout la radiothérapie qui a un fort impact sur la vitalité des tissus. Cette dernière va influer sur les techniques de reconstruction à appliquer en fonction de chaque patiente.

Qui peut en bénéficier ?

Dans certains cas, la reconstruction mammaire n’est pas proposée tout de suite après les traitement cancéreux locaux. Cette chirurgie intervient seulement si la patiente est en bonne santé, ce qui n’est pas toujours le cas après une longue maladie. En effet, reconstruire une poitrine implique une nouvelle anesthésie générale et encore sur la même zone.
Dans tous les cas, la reconstruction sera envisagée seulement une fois que les traitements du cancer sont terminés (radiothérapie et chirurgie d’ablation).

L’intervention

Chaque cas est particulier et plusieurs techniques de reconstruction sont pratiquées en fonction du patient et du chirurgien. En cas de mammectomie par exemple il faut attendre un an avant que l’élasticité soit suffisamment ferme. D’une personne à une autre, la récupération prend plus ou moins de temps. Ce qui justifie que parfois, la reconstruction des seins puisse se réaliser immédiatement.
-Tissus souples : si le revêtement (la peau) est souple, la mise en place d’une prothèse mammaire type implant suffira à recréer un galbe bien proportionné.
-Tissus tendus : en revanche, si la peau manque d’élasticité, il vaut mieux commencer par apporter du tissu excédentaire au niveau du sein, qui permettra une reconstruction ultérieurement.

Les 3 techniques pour gagner en élasticité

– reconstruction par lambeau cutané et musculaire du grand dorsal
– reconstruction par lambeau cutané et musculaire du grand droit de l’abdomen
– expansion tissulaire : distension de la peau du thorax

Reconstitution du volume mammaire

Là aussi, 3 possibilités
implant d’une prothèse en fonction de la qualité du revêtement
injection de graisse (lipomodelage) provenant des tissus adipeux pour rétablir un volume symétrique

Suites post-opératoires

Tout dépend de l’intervention effectuée. Elles seront plus ou moins longues en fonction de la technique utilisée : lipomodelage, pose de prothèse mammaire ou greffe de peau. La greffe de tissu et la pose d’implant nécessite du temps supplémentaire pour bien se mettre en place.

Les résultats

Une satisfaction d’avoir à nouveau un corps de femmes. Le but principal étant de recréer des volumes à l’aspect naturel. D’autant plus que contrairement à une prothèse externe (que l’on glisse dans le soutien gorge après une mammectomie), l’implant mammaire se fait oublier et permet une vie normale.

Aujourd’hui la reconstruction mammaire propose des prestations exceptionnelles. Les résultats sont époustouflant tant sur le moral que sur le plan morphologique.