Les cicatrices liées à une augmentation mammaire


L’augmentation mammaire reste, aujourd’hui, l’une des opérations les plus populaires en matière de chirurgie esthétique. De plus en plus de femmes ont recours à cette intervention pour obtenir la poitrine qu’elles désirent.
Il existe différentes techniques à cette opération, dépendant de chaque patiente et du type . De cela découlent plusieurs types de cicatrices selon l’incision réalisée.

Quel genre de cicatrices apparaissent après une augmentation mammaire ?

Lors d’une augmentation mammaire, le chirurgien peut décider d’utiliser plusieurs techniques pour introduire l’implant, ce qui laissera une cicatrice différente. Mais comme le précise le chirurgien esthétique Antoine Alliez dans son blog, toute intervention chirurgicale laisse forcément une cicatrice plus ou moins visible ( lire l’article augmentation mammaire et cicatrices) .

L’incision péri aréolaire

Effectuée entre le marron de l’aréole et la peau du sein, cette technique laisse une cicatrice assez discrète et peu visible. En utilisant cette méthode, le chirurgien est sûr de pouvoir placer la prothèse de manière précise et délicate. Cette cicatrice n’empêche en rien un futur allaitement et n’a que peu d’incidence sur la sensibilité de l’aréole ou du mamelon.

L’incision axillaire (sous les bras)

Cette méthode laisse le sein pratiquement vierge de toute cicatrice (puisque celle-ci se trouve alors sous le bras). Néanmoins, c’est une technique de moins en moins utilisée car il y a un risque que la cicatrice soit relativement épaisse et boursouflée. En utilisant cette méthode, le chirurgien risque d’être moins précis lors de l’introduction de la prothèse et cela peut entraîner une asymétrie mammaire ou un déplacement de l’implant. Toutefois, si l’aréole n’a pas le diamètre adéquat, c’est cette technique qui est utilisée.

L’incision du sillon sous mammaire

Cette cicatrice est pratiquement invisible puisqu’elle se trouve dans le pli mammaire. Cette technique est peu invasive et permet d’introduire l’implant mammaire sans avoir à traverser la glande mammaire. Grâce à cette incision, les implants de toute taille peuvent être introduits sans problème. Cela résultera uniquement en une cicatrice un peu plus longue.

Prendre soin des cicatrices

Le corps de chaque patiente est différent. De ce fait, le processus de cicatrisation est différent pour tout le monde. Le corps d’une femme de 25 ans n’aura pas la même capacité de récupération des tissus que celui d’une femme de 45. Si la technique utilisée par le chirurgien et sa dextérité peuvent avoir une incidence sur la guérison et la cicatrisation, il est essentiel de prendre soin de ses cicatrices.

Il est primordial de respecter et de suivre les recommandations du chirurgien concernant les soins post-opératoires. Ceux-ci auront une réelle influence sur le processus de cicatrisation.
Il faut prévenir les infections éventuelles au niveau de l’incision. Faites appel à une infirmière pour venir nettoyer vos cicatrices régulièrement et changer les pansements.
Évitez de trop mouiller les pansements et les cicatrices et ne les exposez pas au soleil (d’autres précieux conseils sont disponibles sur ce blog ).

Le médecin peut vous conseiller d’appliquer une huile ou une crème hydratante sur vos cicatrices après que les fils aient été enlevés ou se soient totalement résorbés.
Certains médicaments aident à augmenter l’irrigation sanguine au niveau de la zone affectée pour aider à une cicatrisation plus rapide.
Enfin, il est important d’avoir une hygiène de vie saine et équilibrée : ne fumez pas, ne buvez pas d’alcool et mangez équilibré.

Si vous souhaitez procéder à une augmentation mammaire et tout connaître de l’intervention, prenez rendez-vous avec un chirurgien et posez-lui toutes vos questions.